Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 09:00

 

Episode précédent

(...)
Les choses se compliquent encore plus lorsqu’un deuxième paramètre aléatoire entre en compte. La distance, par exemple, généralement indiquée par l’unité de mesure « là bas ». Sur la route, la vitesse est ainsi limitée à « là bas / demain », ce qui doit quand même laisser songeur n’importe lequel des trois gendarmes mobiles égarés sur l’île.


Dans le même désordre d'idée et comme pour illustrer ce qui précède, un petit bout d'homme de 6° vient de me demander, pas plus tard que demain et de manière finalement pas si illogique :

« Monsieur, aujourd'hui, on est le quand ? ».
Etonnant, non ?

Et je ne te raconte même pas lorsqu’un troisième paramètre, aussi fluctuant que les autres, intervient… Quel merdier ! Hein ? Bon, d'accord, je te raconte quand même.
Prends le « salaire horaire », par exemple. Il s’agit donc de compter (attention, pas en base dix, encore une fois un système de Blancs !) du temps ( ?) passé à travailler (!?). Ici, on travaille pour la tribu (ou on ne travaille pas, d’ailleurs), pas pour un salaire machin que, merde, à chacun selon ses besoins et les ignames seront bien gardés !

Si j’étais BHL, j’aurais pu écrire la phrase suivante en plissant les yeux d’un air pénétré et Pivot, Zemmour et Franz-Olivier Giesbert se battraient pour m’avoir sur leur plateau : « à Maré, on ne compte pas le temps, on le passe ».

 

- Monsieur, ’demaîn…

Après ce préambule à haute valeur culturelle ajoutée qui fait la renommée de ce blog par delà les mers et jusqu’à Bourgoin-Jallieu, je peux donc reprendre le cours de mon histoire. Il est vendredi, 16 heures, la sonnerie libératrice vient de retentir. Le week-end est là, tout proche…

D’humeur badine et primesautière, je souris à la petiote de 6° qui m’a ainsi interpellé et ne peux m’empêcher de la taquiner gentiment :

- Non, pas à demain. Demain, c’est samedi. A lundi !

- ???

J’ai quand même dû y aller un peu fort, car la voici visiblement plongée dans un abyme de perplexité. Ce n’est jamais bon, surtout au moment de partir en week-end.

Je reprends :

- A LUN-DI. Tu as compris ? 

- ^^. Lundi demaîn.


 

Vous avez aimé cet article ?

acheter-mon-livre-sur-thebookedition 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob Tazar - dans Pédagogie mon amour
commenter cet article

commentaires

anne 14/07/2010 14:36


Vas y souple sur les pattes arrière mon cousin " do not enerv yourself ! Je reviens de 10 jours à Dakar dont 4 sans valise t'apprends vite à marcher avec le ventre en avant et les fesses en
balancier avec la devise autour du cou les blancs ils ont la montre nous on a le temps. A mediter pour ton prochain Pivot. Bises


Bob Tazar 19/07/2010 04:27



I don't enerv myself, ma cousine. Nez vert. A moins de me retrouver 4 jours à Dakar sans valise, oeuf corse.



Eric 13/07/2010 22:40


Nous avons l'heure, eux ont le temps.


Bob Tazar 19/07/2010 04:23



Tout le temps.



Joss Randall 13/07/2010 01:34


c pas un peu le bordel, cette affaire ?


Bob Tazar 13/07/2010 01:38



Le bordel, le bordel, comme tu y va, Joss ! De légères approximations, parfois, tout au plus...



Laure 11/07/2010 22:24


Oui, oui, nos critiques célèbres peuvent aller se rhabiller.
Là-bas? demain? Einstein n'avait rien compris!


Bob Tazar 13/07/2010 01:12



Einstein ? Il joue dans quelle équipe, celui là ?



stefanny 11/07/2010 13:30


Bah oui ! C'est bien ça ! A demain...lundi !! Nan ?! :)


Bob Tazar 13/07/2010 01:11



Quel lundi ? Celui après mardi ?