Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 08:00


Voir l'épisode précédent

Aux grands maux, les grands remèdes, j’ai donc fait chauffer l’ordi, l’imprimante et la colle pour finir par pondre une splendide affichette au format A4. Placardée derrière mon fauteuil et harmonieusement disposée au dessus de ma tête, elle énonce à elle toute seule, de manière claire, synthétique et avec force caractères gras, l’objectif annuel ambitieux dont je parlais pas plus tard qu’il n’y a pas si longtemps :

« BONJOUR MONSIEUR, EST-CE QUE JE PEUX EMPRUNTER UN LIVRE, S’IL VOUS PLAIT ?

 

Un intrus se pointe, la gueule enfarinée et son ersatz de « Monsieur, liv’ ! » au bec ? Hop, je tends aussi sec un doigt pédagogiquement vindicatif vers l’affichette et j’attends sereinement que le processus d’appropriation veuille bien se mettre en place.

Des fois, c’est long. D’autres fois, aussi.

 

Bon, c’est sûr que cette méthode nécessite quand même une certaine appétence pour la chose écrite, ce qui peut expliquer un taux de réussite relativement faible (de l’ordre de 10 à 20 %, quand même).

 

Elle n’exclue pas en tous cas, loin de là, des réactions aussi instinctives qu’inquiétantes chez certains de mes petits sujets d'étude : tics divers, balancements variés, tentatives désespérées d’avaler qui sa main, qui son coude, qui son livre, qui les trois à la fois, en expulsant des petits rires nerveux dont la sonorité ne peut que de loin être rapprochée de la phrase espérée.

Mais c’est un premier pas vers le succès et j’ai même déjà repéré un aimable récidiviste qui, lors de son troisième passage, a pratiquement réussi à énoncer sa formule sans l’aide du pense-bête ornemental. Si, si, je t’assure.

 

Mais l’incident est survenu il y a quelques instants à peine, réduisant à néant des jours et des jours de travail et d’espoir.

Un grand de quatrième (t’ièm’), tout tremblotant, qui tente une entrée timide dans le Sanctuaire.

Je le mets en confiance en souriant puis l’interroge quand même virilement du regard parce que, bon, on ne va pas non plus y passer la journée.

« Monsieur, liv’ ! ».

OK, pas de panique, le coup du doigt, le regard surpris qui erre avant de se poser sur l’affiche, un succédané d’ânonnement… Tout se met en place, la réussite est proche…

- Bonjour… monsieur… est-ce que… livre ?

- Non !

- Bonjour… monsieur… je peux… livre ?

- Non !!!

J’ai beau l’encourager d’une voix douce qui fait trembler les vitres, le blocage semble insurmontable, le verbe « emprunter » tant attendu ne sort pas. Le gaillard commence à se tortiller, porte une main à sa bouche, se gratte la tête avec l’autre, le nez avec la troisième, autant de signes extérieurs d’un léger trouble. Puis, il finit par lancer, un brin agacé :

- Bâya ! Pas bon, là ! que l’on pourrait traduire par « merde, mais y a une couille sur cette affiche ! »

Je me rends soudain compte que l’infortuné est en train de mordiller un exemplaire de « Le loup Loulou », en vente dans tous les bons CDI.  Peut-être même est-ce sa manière à lui de me montrer qu’il a déjà emprunté ce livre et qu’il veut tout simplement me le rendre, hein, qu’en penses-tu t-il ?

- Hem... Bon, on reprend, me reprend-je. C’est quoi, alors, le contraire d’emprunter ?

Son visage s’illumine :

- Donner à toi !

  


Vous avez aimé cet article ?

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob Tazar - dans Pédagogie mon amour
commenter cet article

commentaires

Laure 27/06/2010 11:57


Absolument génial. Il a raison, ce gamin, et tu vas devoir ajouter quelques posters adaptés à chaque circonstance. Elémentaire mon cher Watson!
Petite digression: Mon ordi vient de sortir d'hôpital avec un coeur tout neuf pour cause de brûlure irrémédiable de son organe central. Mais si la dernière sauvegarde ne date que de Février, il y a
amnésie générale pour le courrier électronique et ses adresses. Alors Bob peut-il m'iméler (emailer?, méler?, i@er?, zut envoyer!) ce précieux viatique sans lequel toute communication moderne est
impossible. Merci d'avance!


Bob Tazar 29/06/2010 09:20



Bon, je t'envoie mon adresse, mais c'est bien parce que c'est toi !



ali mc beal 11/06/2010 04:58


et bien, c'est la retraite a 40 ans qu'il faut aux profs!!!


Bob Tazar 29/06/2010 08:54



Ah, depuis le temps que je le dis...



Nanou 09/06/2010 13:08


le pôvre gosse ! Moi, hier, je me suis fait reprendre car j'ai osé dire "crouiller la fenêtre" ! C'est tout de même pas de ma faute si mes origines angevines ressortent naturellement ! J'aurai peut
être du dire "la barrer" !


Bob Tazar 29/06/2010 08:53



Quoi ? T'as osé dire "crouiller la fenêtre" ? Pourquoi pas "barrer la fenêtre", tant que t'y suis ?



Marie Hélène 09/06/2010 12:31


Euh, et si il n'y avait que des dessins sur l'affiche ... !!!!! :-)


Bob Tazar 10/06/2010 04:37



Excellente idée, toute émulation vers le haut est bonne à prendre !



Eric 07/06/2010 21:45


Ben évidemment, si tu prévois pas tous les cas de figure ! Pfff ...
Destin commun, je crie ton nom...


Bob Tazar 07/06/2010 23:39



Allez, je crie avec toi...