Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 08:00
Golden Gai (Tokyo)

A deux pas du Kabukicho, la deuxième à droite juste après les néons blancs, voici le Golden Gai.

En quelques dizaines de mètres, l’atmosphère a radicalement changé : finies les lumières éclatantes et la foule des grands soirs, place aux étroites ruelles obscures, désertes et silencieuses.

Voici le commentaire du Guide du Routard sur ce – minuscule – quartier, commentaire que je me suis empressé de lire à Madame Tazar, toujours avide d’expériences culturelles insolites : « un vestige de l’après-guerre et de la période de la reconstruction. Cinq longues et étroites ruelles, bordées par quelques cent bars liliputiens (en moyenne 4m²) contenant au maximum huit personnes (y compris le patron et le comptoir !). Ne pas manquer de venir vous pénétrer de ce lieu étrange, totalement anachronique et toujours menacé d’être un jour rayé de la carte par une opération immobilière. »

Nous sommes donc venus nous pénétrer, de ce lieu étrange s'entend. Et, en matière d’anachronisme, nous n'avons pas été déçus ! Un quartier totalement désertifié et plongé dans l’obscurité, des ruelles aussi étroites que délabrées qui donnent furieusement envie d’aller voir plus loin si la vie existe encore... Seul le bruissement furtif de nos baskets donne un semblant d’animation à ce lieu irréel de fin du monde, à simplement deux pas des artère enfiévrées du Cho. Quelques vagues lueurs vacillantes révèlent par endroits des bouclards inhospitaliers devant lesquels il fait bon passer son chemin, sous le regard aussi fermé que suspicieux des deux personnes attablées à l’intérieur.


Madame Tazar, qui ouvre la marche, a accéléré le rythme, partant du principe que moins on avance plus vite, plus on recule moins vite. Je trottine à l’arrière du convoi, lâchant subrepticement une rafale de deux clichés après avoir bien fais gaffe de ne pas être observé. La cinquième et dernière rue effacée à marche forcée, nous pouvons, la satisfaction du devoir accompli, réintégrer l’ambiance sereine et apaisante du Kabukicho. Je peux alors terminer ma lecture que j’avais mise en stand-by de crainte d’essuyer un refus franc, massif et sans appel : « ces bars possèdent depuis longtemps leur propre clientèle de fidèles. A vous d’errer, de renifler, de croiser des regards et atmosphères hospitalières. Question d’intuition et d’interprétation des signes. Mais, à moins d’y aller avec un habitué, vous n’y serez pas nécessairement le bienvenu. … »

 Golden Gai (Tokyo)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob Tazar - dans Japon
commenter cet article

commentaires

Tazar séniors 22/03/2010 03:09


T'as raison d'accélérer le pas, Madame Tazar, ce lieu ne semble pas propice aux rencontres amicales ! Mais c'est tout de même bien curieux. Bises à tous les deux. M-T.


Bob Tazar 22/03/2010 04:18


Accélère, soit, mais pas trop vite quand même !


Stefanny 17/03/2010 11:47


Oula ! Euh oui en effet...accelerons la pas !


Bob Tazar 18/03/2010 05:36


Bon, d'accord !


Jeannie Punsola 13/03/2010 22:50


Cela fait plutôt coupe gorge et je ne m'y serais pas engagée, c'est l'envers du décor!
Bises Jeannie


Bob Tazar 18/03/2010 05:36


Coupe-gorge, coupe-gorge, tout de suite les grands mots ! Tout juste un peu sombre, peut-être...
Bises.


pierrot 12/03/2010 07:25


liliputien, de liliput que j'ai bien connue?


Bob Tazar 18/03/2010 05:33


C'est bien elle !


Nicole Vatrican 11/03/2010 14:24


Extrêmement pittoresque ...mais il me faudrait auparavant trouver un garde du corps professionnel...Je ne connais pas non plus ce quartier là !J'avais par contre remarqué comme vous qu'en
s'éloignant à peine des zones bruyantes ,scintillantes et surpeuplées on trouvait vite des coins calmes ,typiques de petits temples, des autels rustiques ,des rites anciens toujours pratiqués et
même des femmes en kimono.Tokyo est "un monde"Bénis soient les voyages !Biz Tatie


Bob Tazar 18/03/2010 05:33


Pour les temples, les autels rustiques et les rites anciens, voir le Guide bleu Michelin... 
Quant aux femmes en kimono (amicalement appellées "geishas"), il y aura tout un article (et un reportage photo !) à leur sujet lorsque nous arriverons à Kyoto. Patience...
Bises.