Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 09:00

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia) 


Après les photos d’un réalisme torride de nos camarades Big Nambas (je confirme, il s’agissait bien de Big Nambas), qui ont allumé d’inexplicables étoiles dans les yeux de nos plus fidèles lectrices, retour à un peu plus de retenue avec la troupe de Bua Ka Catr, de l’île voisine de Lifou.
Les strings en pandanus, étui pénien arrogant, ont laissé place à des pagnes en fibres de bananier, tout aussi seyants mais beaucoup plus consensuels. Les ligues de vertus qui traquent sur le Net toutes dérives avec un gland au bout y trouveront sûrement leur compte.
Toujours est-il que les camarades de Bua Ka Catr, malgré le jour finissant, ont mis le feu au tapis de la Place des Cocotiers, à coups de pilous dévastateurs.

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia)

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia)

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia)

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia)

Bua Ka Catr (Lifou - New Caledonia)

Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:00

Troupe de Lamap, Vanuatu


C’est fou ce que quelques petits détails peuvent changer instantanément et radicalement le comportement humain. Prends les conducteurs qui ont l’habitude de descendre à toute vibrure la route longeant la place des Cocotiers, à Nouméa. Tu leur mets devant les roues une vingtaine de bonhommes à moitié nus, simplement vêtus de quelques plumes, de peintures de guerre et d’un casse-tête et, bizarrement, tout le monde ralentit. Pas de coups de klaxon exubérants, de doigts dressés vers les cieux, voire d’invectives bien sentis visant la génitrice du piéton égaré, comme dans toute bonne métropole qui se respecte.
Le respect, tout simplement. Etonnant, non ? 

Les piétons en question, venus tout naturellement à l’occasion du festival Melanesia 2010, font partie de la troupe de Lamap, de l’île de Malakula (Mallicolo), une des 83 qui composent l’archipel voisin du Vanuatu. Une des particularités amusantes de cette île réside dans le fait que le nom de ses habitants (les Big Nambas et les Small Nambas) est en rapport direct avec la taille de leur étui pénien. La longueur de leur sexe, si tu préfères. Autant te dire que, lorsque tu viens du quartier des Small, bonjour la galère pour trouver un job de chef de rayon à Carrefour !

Note à caractère culturel : un étui pénien est un string en feuilles de bananier ou de pandanus, très en vogue dans les quartiers chauds de Lamap, South West Bay ou Norsup, les villages principaux de l’île, ainsi que dans certaines soirées chez Eddy Barclay.
Fin de la note à caractère culturel.

Les Big Nambas étaient polygames et cannibales (ils avaient plein d’ennemis et mangeaient leurs femmes). Les Small Nambas, quant à eux, compensaient leur handicap physique très gênant (à la guerre, il n’était pas rare qu’ils soient accueillis aux cris de « p’tite bit’ ! ») en pratiquant l’élongation du crâne des jeunes garçons.
Mais ils sont maintenant tous très sympas. Il y en a même un qui m’a serré la main (et qui me l’a rendue).

Les Nambas sont, par nature, très disciplinés. Ils traversent toujours dans les clous, pour se rendre dans la forêt chasser le zigomar sauvage. Sauf quelques irréductibles rebelles qui n'aiment rien moins que braver les règles civilisatrices édictées par l'homme Blanc. On les appelle les Nambas XXL.
 

Troupe de Lamap (Vanuatu) Troupe de Lamap, Vanuatu Troupe de Lamap, Vanuatu Troupe de Lamap, Vanuatu Troupe de Lamap, Vanuatu Troupe de Lamap, Vanuatu Troupe de Lamap (Vanuatu) Troupe de Lamap (Vanuatu)

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:00

Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée 


Melanesia 2010
, le 4° festival des Arts mélanésiens, vient de s’achever.
Pendant deux semaines, les pirogues des festivaliers ont sillonné le territoire du Nord au Sud, sans oublier les îles, pour le plus grand bonheur des grands comme des petits.

Retour en photos sur quelques troupes qui ont fait sensation.

Aujourd’hui, la troupe de Sepik, qui nous vient tout droit de Papouasie Nouvelle-Guinée, rien que ça. Peintures tribales, colliers bling-bling, pagnes sexy, cornes de mammouth nain et splendides hauts-de-forme tressés bleu-blanc-rouge... Quel spectacle !

Note : toutes les photos ont été prises, une fois n'est pas coutume, à Nouméa (Centre Tjibaou et Place des Cocotiers).

Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée  Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée Sepik - Papouasie Nouvelle-Guinée


A suivre 
: le troupe de Lamap, en provenance directe de Malakula (Vanuatu)

Repost 0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:00

01_ouvea 037_ 


Le bingo est le sport national, à Maré. Bien loin devant le foot, le cricket ou la sieste. Pas une kermesse, une fête, un tream tream (repas de solidarité), un mariage ou même un simple repas à la tribu sans le petit bingo qui va bien. Mais attention ! Il s’agit d’un loisir exclusivement réservé aux femmes, de même que la vaisselle ou le torchage du cul des mômes. Seul petit Crocodile Jr a eu le privilège de représenter la gente masculine, mais c'est bien parce que c'est lui !

Les règles du bingo sont - relativement – simples : une grille coûte 50 FCFP (40 centimes d'euro) et il faut la remplir entièrement pour rafler la mise. Après avoir crié joyeusement « bingo ! ».
Les numéros des boules sorties d’un petit sac sont annoncés par la préposée au tirage. Au début, ces annonces sont un peu déconcertantes (« petit deux » pour 2, « apo deux » pour 20, « collé deux » pour 22), mais on s’y fait vite et cela renforce le caractère authentique du jeu.

Le but de ces bingos, comme beaucoup d’activités en tribu, est double : se rassembler (plutôt que d'aller bêtement au cinéma qui, de toutes façons, n'existe pas) et faire œuvre de solidarité (acheter une machine à laver pour la grand-mère, payer un billet d’avion pour le cousin…). En effet, comme en métropole pour la Française des jeux, une partie substantielle de la cagnotte n’est pas reversée aux gagnants.


PS : attention ! les jeux d'argent peuvent entraîner un comportement addictif non compatible avec la consommation de boissons alcoolisées.

02_ouvea 036_ 03_ouvea 035_ 04_ouvea 031_ 05_ouvea 034_

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 09:00

nece_21

 

Après la brutalité animale, place à la grasse, pardon, la grâce des jolies naïades de Fufuna.
Dans le public qui se masse courageusement autour du terrain, les femmes tremblent pendant que les jeunes hommes s'évanouissent...

 

 nece_23 nece_22

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 09:00

nece_26 


Après les chants, toujours forts appréciés, de Dick & Hnatr et de Gulaan, voici venu le temps des danses éro... pardon, eXOtiques !
Attention, les séquences qui suivent ne sont pas à mettre devant les yeux des plus jeunes. Je dénie d'entrée de jeu toute responsabilité en cas de traumatisme grave, que les choses soient bien claires entre vous et  moi.

Quelques beaux bébés sont venus tout droit de Wallis (à moins que ça ne soit de Fufuna...) nous interpréter, comme chaque année, quelques unes de leurs danses de salon les plus suggestives. Lascivité, sensualité, torridité... les mots me manquent pour décrire le spectacle qui met le feu à la pelouse de Nece, pile poil devant la Grande chefferie de Guahma.

 

Dans le public qui se masse courageusement autour du terrain, les hommes tremblent pendant que les jeunes filles s'évanouissent. Je vous avais prévenu !

Pour les plus sensibles d'entre les impressionnables, je suggère d'aller faire un tour chez l'ami Pierrot. De jour, la vision de ces joyeux lurons (du) pacifiques est quand même beaucoup plus supportable...


Danseurs wallisiens nece_17 nece_18 nece_19 nece_20 nece_25 nece_27

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 09:00

nece_14

 

Résumé de l'épisode précédent : Dick & Hnatr viennent de se produire...
Article : c'est maintenant au tour de Gulaan... (Aujourd'hui, j'adopte un style minimaliste qui sied tout à fait à la majesté du lieu).


nece_12 nece_11  

nece_13

 

Demain : pour vous, mesdames, les beaux danseurs de Wallis...

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 08:00

nece_01 


La traditionnelle fête de l’avocat de Nece a été, cette année, plutôt une réussite. Beau temps au rendez-vous et, surtout, présence des artistes annoncés. Cela est suffisamment inhabituel pour être souligné et apprécié à sa juste valeur.

On commence par Dick & Hnatr, avec deux prestations remarquées en fin d’après-midi et en soirée…

 

nece_02 nece_04 nece_03 nece_10 nece_28 nece_29 nece_30 nece_31 nece_32 nece_33 nece_34

Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 08:00
Little girl – New Caledonia


La fête a battu son plein ce week-end à Roh, à l’occasion de la fête annuelle du wajuyu. Une fête toute à la gloire du vivaneau, ce délicieux poisson rose du large, qui enchante le palais des grands comme des petits.

Cent quarante touristes acheminés dès le vendredi matin par le Betico, une poignée de Gadas (Blancs) qui n’avaient pas désertés l’île pendant cette semaine de vacances et une bonne dose de locaux par le programme alléchés (troupes de danses, animations musicales, stands de produits locaux, produits du lagon, grand marché solidaire, expo et vente de vivaneau…), ont donc déambulés mornement pendant 3 jours sur l'immense terrain de la magnifique commune du Nord, dissimulant leur torpeur derrière une insouciance de bon aloi.

Quelques gratteurs de guitare égarés, au jeu et à la voix incertaine, ont animés tant bien que mal les longues plages creuses entre l’ouverture et la fermeture de ces interminables journées. La troupe des danseurs de l’école d’Eni, qui devait se produire samedi, a attendu, en vain, de longues heures le bus chargé de la conduire sur place. Une danseuse de la troupe de Wakone, rencontrée par hasard sur le site, m’a avoué ne pas trop savoir si elle allait se produire ou pas, ni quand ni comment. « Peut-être après… » a-t-elle consenti à me lâcher, pas contrariante. Quant aux danseuses tahitiennes venues de Nouméa, elles ont attendues 18h30 et la nuit aussi fraîche que noire pour faire leur entrée sur l’herbe, escortées d’un spot aveuglant bien placé face au public.

Il y a pourtant de la qualité, chez les artistes de Maré. Et pas seulement au niveau des danseurs. Gulaan ainsi que Dick & Hnatr font partie des tous meilleurs musiciens du territoire. Dommage simplement que, pour les entendre, il faille aller à Nouméa ou à Paris, alors qu’ils résident ici même toute l’année. Bien qu’immanquablement annoncés, par un réflexe pavlovien, sur les programmes de toutes les fêtes, foires et manifestations du coin, leur absence prévisible (ils ne sont généralement soit pas prévenus, soit pas payés, soit les deux à la fois) est toujours l’occasion de dialogues savoureux avec le chargé de programmation :

- Quand va jouer Gulaan ?

- Heu… Quand il arrivera.

- Est-ce qu’il va y avoir Dick & Hnatr ?

- ^^

- Quand ?

- Aujourd’hui… (puis, d’une toute petite voix) ou demain.
Seul Théo Ménango, finalement, parmi les musiciens dignes de ce nom, aura montré le bout de sa guitare. Dommage, c’était à midi et donc en plein repas (au choix civet de cerf ou tranche de tazard, de fort bonne facture).

Plus rigolo (ou plus grave, selon son degré d’accoutumance aux impondérables insulaires), il n’y avait plus la queue d’un seul vivaneau dès le vendredi à 10 heures, quelques minutes après l'ouverture de la manifestation. Une fête du vivaneau sans vivaneau, c'est un peu comme la fête de l'Huma sans communiste : impensable ! Encore que ça, c'est un mauvais exemple... Des stands de poissonnerie vides, qui se mariaient parfaitement avec une programmation creuse, tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes paradisiaque. Quant aux mets locaux (les fameux mélokos), ils brillaient eux aussi par leur absence, hormis deux ou trois ignames et un chou fané.

Ne restait plus alors qu’à se rabattre sur les enfants, nombreux et vifs comme à leur habitude, qui, par leurs jeux et leurs cris, contribuaient à maintenir éveillé un public débonnaire et largement assoupi. D’où les photos qui égaient cette page et lui évitent de sombrer dans la mornitude absolue.

Ceci dit, alors qu’il aurait pu pleuvoir, le ciel est resté clément. Grâce lui en soit rendu ici. Nous n’avions pas eu cette chance l’an dernier, à l’occasion d’une Foire des îles du même tonneau.

Tatie Nicole, qui réclamait du dépaysement et de l’authentique à son arrivée sur Maré, a été servie.

La fête a battu son plein ce week-end à Roh.
- Un plein de vide, oui ! a-t-elle lâché, sans perdre ni son enthousiasme ni son légendaire sens de l’humour.

Little girl – New Caledonia Little girls – New Caledonia Little girl – New Caledonia Kid - New Caledonia Face to face - New Caledonia
Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:34
salomons_tazar_01


Suite aux nombreuses remarques (deux personnes) réclamant de la vidéo pour, encore mieux que des photos, coller au plus près de l'ambiance de ces commémorations, et après une longue interrogation avec moi-même, j'en suis arrivé à la conclusion suivante : à raison d'un débit internet sortant de 27 ko sur l'île de Maré (après 23 heures), à l'impossible, nul n'est tenu. Je vous mettrais donc du son.



A l'affiche, aujourd'hui, les célèbres (du moins du côté de leurs îles à eux) KVU Pan Pipers, en provenance directe (et après une demi-douzaine d'escales) des îles Salomon, nos voisines toutes proches, en haut à droite en sortant du Vanuatu.

Jeu de scène, tenues affriolantes, perruques cintrées, rien ne manque à l'appel pour faire le show. Et, surtout, une musique d'une originalité folle, fusion entre sons traditionnels salomonais et rythmes modernes. Avec, pour cela, quantité d'instruments inhabituels qui feraient pisser de joie dans son vieux jean le grand Peter Gabriel, le pape de la World Music : flutes de pan géantes mobiles, pour les basses soufflées, flutes de pan géantes fixes, pour les rythmiques aigües frappées (à l'aide d'erzatz de claquettes), flutes de pan plus traditionnelles pour les mélodies, le tout agrémenté d'une grosse caisse et d'un fût pour le trémoussage... 

C'est plein les esgourdes et plein les mirettes, avec une chorégraphie spectaculaire qui voient les bassistes danser harmonieusement, entraînant (et non pas en traînant) leurs ânes morts sans effort apparent et sans même transpirer dessous les bras, et le soliste prendre des poses de guitar hero.

Et les voilà qui, pour cloturer l'affaire, nous mettent le feu à la cocoteraie en entonnant, sabre au clair et pan arrogant, Watolea, le tube planétaire de Dick & Hnatr (Gurejele). La classe !

salomons_tazar_02 salomons_tazar_03 salomons_tazar_04 salomons_tazar_05 salomons_tazar_06 salomons_tazar_07 salomons_tazar_08 salomons_tazar_09 salomons_tazar_10 salomons_tazar_11
salomons_tazar_12


La haute tenue culturelle de ce blog n'étant pas une légende, je ne peux conclure cet article de haute tenue sans y inclure la petite note didactique qui va bien, à savoir un aperçu historique de la carrière des fameux KVU Pan Pipers (note tirée de la jaquette de leur CD et traduit de l'anglais par moi-même, merci à mon prof d'english de 3°) :

"Le jeune groupe culturel Kvu est composé de membres des trois communautés Koviloko, Vavarinitu & Uiùri, avec pour objectif de sauvegarder la paix entre les trois villages, d'enseigner la culture et les traditions d'Isabel (une des îles Salomon, ndlr) à la nouvelle génération et d'étendre la paix à l'extérieur de la communauté d'Isabel et à l'ensemble de la nation des îles Salomon".

Et, comme le dira leur manager lors des multiples coutumes de bienvenue et de remerciements qui jalonnèrent leurs prestations, à Maré comme au Centre culturel Jean-Marie Tjibaou, à Nouméa :
"Nous sommes des guerriers, mais nous sommes venues pacifiquement soutenir nos frères kanak du Pacifique".


N.B. : pour ceux, nombreux, qui en voudraient encore plus, rendez-vous dans le blog d'à côté, chez le camarade JM, qui, malgré les préparatifs de l'anniversaire de sa douce et tendre, n'en a pas moins été une fois de plus à la pointe de l'actualité...

Repost 0