Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 10:17


Dernière minute : je viens de découvrir le plus bel endroit de Calédonie et donc, par conséquent, du monde !
Ce n'est ni à Lifou (plages de Peng ou de Luengoni...), ni à Ouvéa (plage de Mouli...), ni à l'île des Pins (piscine naturelle, baies de Kanumera, d'Oro, d'Upi...), ni à Tiga (je n'y suis jamais allé). Ce n'est pas non plus sur la Grande terre (côte Est...). Plus près de nous, pardon, de vous, ce n'est ni le centre commercial de Nice-Etoile, ni la plage de la Mala, à Cap d'Ail.
Non, le plus bel endroit du monde se trouve à Maré, tout simplement. Ce qui tombe bien, puisque c'est là que je réside (que je « reste », comme on dit ici). Cet endroit s'appelle Shabadran (prononcé Chabadjane, si on veut éviter les moqueries de nos élèves, très à cheval sur la prononciation).

Certes, j'en avais entendu parler, bien sûr. En 2000, déjà, accompagné pour l'occasion de mes chers parents, nous avions tenté de nous rendre dans cet endroit paradisiaque. En vain. Il faut en effet obligatoirement passer par l'intermédiaire du propriétaire des lieux qui, moyennant un droit de passage modique (comparable au prix d'entrée du Louvre, du Prado ou du Metropolitain Museum, qui ont pourtant beaucoup moins de richesses à proposer) vous autorise l'accès et vous fournit un guide. Mais ce propriétaire s'étant révélé injoignable à l'époque, nous avions dû renoncer.
Etant maintenant sur place, j'ai donc plus facilement pu organiser cette excursion, après quand même plus de trois mois de présence sur l'île.

Mais Shabadran, ça se mérite. Tout commence dans la tribu de Kurine, au nord-est de Maré, par la traversée d'une immense et magnifique cocoteraie. Et tout commence dans la difficulté. Si, à pied ou, mieux, en VTT ou en 4X4, la traversée ne présente aucune difficulté particulière, elle se révèle vite infernale en voiture traditionnelle, qui est le moyen de transport retenu, à tort. Un chemin trop étroit bordé de brousses infranchissables, des ornières profondes qui entraînent le raclement du fond de la voiture, des multitudes de noix de coco antipersonnel qui minent le trajet, des palmes gigantesques qui se prennent dans les roues... Tout cela et quelques vaches débonnaires rendent la progression très malaisée. Impossible de passer ne serait-ce que la seconde, tout se joue en première et en faisant siffler l'embrayage. Imperturbable, notre guide profite de légers temps morts entre deux soubresauts pour rallumer son mégot et rajuster sa casquette, sur laquelle est pédagogiquement inscrit le programme du jour : « parlez-moi d'amour, je ne pense qu'à ça ». Est-ce la mine patibulaire du bonhomme ou le sabre effilé qu'il transporte nonchalamment avec lui, mais je préfère ne pas céder à la proposition et rester concentré sur la conduite.


Il nous faut près d'une heure pour franchir les quatre kilomètres de la cocoteraie de Kurine, ce qui donne à peu de chose près une moyenne de, je pose 6 et je retiens 3, 4 km/h.

Au sortir de la cocoteraie, nous laissons au repos nos automobiles fumantes et poursuivons notre périple pédestrement. Cette deuxième partie de l'itinéraire borde la mer et, après une courte partie champêtre, est réalisée presque exclusivement sur des rochers découpés et tranchants comme des lames, rasoirs, silex, couteaux (tu choisis ce que tu veux, c'est au choix, pourvu que ça coupe). D'ailleurs, pour nous mettre en condition, une belle collection de baskets déchiquetées est exposée au départ de la randonnée, sur une sorte de monument sommaire en mémoire aux victimes des lieux.
Nous progressons lentement et prudemment , toujours en équilibre instable et avec finalement assez peu d'opportunités d'apprécier le paysage.


Puis, les rochers disparaissent pour faire place à une dernière petite cocoteraie (pour la route) et, une heure et demi après avoir laissé les voitures, c'est l'arrivée à couper le souffle sur le site magique de la Baie de Shabadran (attention, bien prononcer Chabadjane...)


A ce stade du récit, je pense qu'il est inutile de me fatiguer à vous décrire l'indescriptible. Je vais juste me contenter de vous proposer quelques photos prises au hasard dans ma collection et le tour de la question sera joué. Il faut juste savoir que Shabadran concentre en un seul lieu tous les clichés enchanteurs tels que sable blanc, eau turquoise, patates, corail, champignons, piscine naturelle, terrasses en cascade, canyon, cocotiers et, bien sûr, le tout sans l'ombre vulgaire du moindre pèlerin à bob Ricard...

Allez, c'est parti, attention les yeux !
(mais ça sera pour demain, pour ménager le suspens et car je commence à fatiguer à télécharger des photos avec un bas débit de 56 ko, c'est à dire, pour les néophytes, qu'il me faut dix minutes d'attente entre chaque photo !)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob Tazar - dans Découvrir Maré
commenter cet article

commentaires

aviateur Dédé 27/05/2008 10:14

"Chabadabadjane, chabadabadjane, ho ho ho" se serait exclamé Claude L. devant ce paysage farabuleux, c'est en tout cas ce que raconte les anciens maréens le soir au coin du feu, en attendant que l'avocat soit prêt...

Aviateur Tazar 09/06/2008 06:59



... ainsi que les langoustes !



Tatie Nicole 26/05/2008 10:08

Tu sais surement qu'autrefois -un demi-siècle-tous les quotidiens publiaient chaque jour un épisode d'un roman spécialement écrit pour le journal.Tout l'art du conteur était de savoir tenir ses lecteurs en haleine jour après jour...un suspense tel que les habitués comptaient les heures qui les séparaient de la parution du journal...Tu me sembles être passé maître dans cet art ...A ceci près que tu détiens aussi le moment précis,la minute où tu nous délivreras "la suite"...Tu es très fort!!!Je t'embrasse.Tatie.

RG 09/06/2008 10:08


J'ai lu tout Tintin, quand j'étais grand.


Laure VATRICAN 24/05/2008 12:10

SU BLI ME La baie d'HaLong, Waikiki et Bora Bora (rassurez vous, moi pas connaître) peuvent certainement aller se rhabiller! Après une semaine parisienne de 71 h (35H c'est quoi???) merci pour ce cadeau dégusté en comatant sur la sainte tasse de café du samedi qui, du coup, devient insipide. De plus ton talent de conteur nous entraîne merveilleusement à la poursuite de cette baie perdue (aïe un peu légère l' allusion!) car les merveilles, ça se mérite. Alors, tant pis pour le café refroidi, la lessive qui attend, le supermarché dont les étagères seront vides avant le réappro de la mi-journée, Oublions les obligations matérielles et je me replonge dans l'aventure et refaisant défiler l'épisode complet. Merci! Laure

Bob le philosophe 09/06/2008 10:13



Halte aux obligations matérielles et remettons au lendemain ce que l'on peut faire le jour même !



fabrice 23/05/2008 19:13

J'ai eu la chance de voir quelques sites, avec toi assez souvent d'ailleurs, mais celui-ci je dois dire qu'il scie...Tu ne serais pas un peu bordé de nouilles Bernard? Bises à ciao

Bob Tazar 09/06/2008 10:17



Légèrement bordé, c'est vrai. 
Mais Otavalo, Penang ou Tikal, c'était pas mal aussi...



Stefanny 22/05/2008 12:20

Waaaahhhoooouuuu ! Avec tout ce qui va avec : bouche bée et yeux écarquillés ! Je n'ai pas beaucoup voyagé mais je veux bien dire aussi que c'est l'endroit le plus beau du monde !
En plus, nous avons le plaisir de voir enfin ton teint halé ...oui oui il est bien là ...sur ton visage ! Il nous manque toujours la marque du maillot mais y a déjà du mieux !
Fais nous encore rêver s'il te plait ! Je parle des prochaines photos de cet endroit bien sûr ! Bises :)

Bob Tazar 09/06/2008 10:21



Et tu n'as encore rien vu !