Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quelle heure il fait chaud ?

Click for Nouméa, New Caledonia Forecast


Il y a    personne(s) scotchée(s) sur ce blog

Visites depuis février 2008

Le buzz

acheter-mon-livre-sur-thebookedition

Rejoins-nous vite !


27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 10:45


En Nouvelle-Calédonie, parallèlement aux trois grandes subdivisions administratives (Provinces Sud, Nord et des îles), existent huit aires coutumières dont Nengone, l'aire de Maré. Nengone est elle-même divisée en huit districts coutumiers, qui répondent aux doux noms de Guahma, La Roche, Pénélo, Tadine, Tawainedre, Wabao, Eni et Medu (le petit dernier), chaque district comprenant un nombre plus ou moins important de tribus, trente au total sur l'ensemble de l'île.


Le district le plus important est celui de Guahma (douze tribus) dont le grand chef se trouve donc de ce fait être également le grand chef du tout Maré.
Contrairement au maire de l'île, élu démocratiquement il y a quelques mois selon les bonnes vieilles règles de la République, le grand chef règne sur ses sujets de père en fils. C'est ainsi que, en juin 2007 et devant plus de deux mille personnes (sur un total de 8 000 habitants recensés dans l'île, dont 97% de kanak) rassemblées devant la grande chefferie de Nece (l'une des douze tribus du district), Dokukas-Henri Naisseline, 33 ans, a été intronisé grand chef coutumier de Guahma par son père, Nidoïsh Naisseline.
Ce dernier, ancien fondateur, à la fin des années 60, du groupe radical indépendantiste les « Foulards rouges », lui a confié « la (lourde) tâche de conduire les destinées du district de Guahma, dans cet avenir jonché de hasards et d'incertitudes ».
Le nouveau grand chef, dont le nom signifie « le seul, l'unique » en langue Nengone, longs cheveux bruns tombant sur un sweat sportwear, lunettes de soleil profilées, arbore nonchalamment un look de surfeur baba-cool qui détonne un peu au milieu de ses sujets, plus portés sur le triptyque reggae/Bob/Jamaïque.
Toujours est-il que l'avenir lui appartient (ainsi, également, qu'à ceux qui se lèvent tard).

Ce long développement ampoulé, à destination exclusive des amateurs éclairés, pour  introduire la belle cité de Nece qui, en plus d'accueillir sur ses terres la grande chefferie du district, a l'honneur et l'avantage de m'héberger en son sein.

De ma terrasse, j'ai un point d'observation idéal pour étudier les pérégrinations de mes coreligionnaires qui déambulent le long de la route au gré des rendez-vous d'affaire ou du vent.  Une femme poussant une brouette remplie d'ignames, un gamin en tenue de foot et cartable au dos se rendant à l'école en dansant, un groupe de kanak vagabondant un radio-cassette sur l'épaule, mon voisin et néanmoins pote, Luc, chevauchant son scooter véloce cheveux au vent... les distractions ne manquent pas.


Située sur la côte ouest, la côte des plages (d'où son surnom, un brin ironique, de « cité balnéaire » attribué par les gens du nord et du centre, sûrement quand même un peu jaloux), Nece s'étend langoureusement le long de la route municipale, sur deux kilomètres environ.
Quelques maisons en dur en bord de route, certaines désaffectées, deux ou trois chemins de traverse qui mènent à la mer, bordés de maisons en tôle et de cases... Il faut quand même rester vigilant lors de la traversée du bourg, sous peine d'en ressortir sans même s'en rendre compte.


Le point central de la tribu, lieu de rendez-vous et de passage incontournable pour les locaux, est constitué par le magasin « Chez Sophie », tenu par le sympathique et débonnaire John.
Ici, point de musique sirupeuse d'ascenseur occidental, mais du kaneka à fort volume toute la journée. Une seule exception à la règle : tous les jours, à partir de 18 heures, la sono laisse la place au poste télé, pour le rendez-vous incontournable avec Marina, la soupe quotidienne servie par le petit écran.
Des rayons « alimentation » relativement bien fournis (une fois les vieux schémas métropolitains oubliés), une partie « habillement » qui a laissé Madame Tazar dubitative, un point presse constitué exclusivement et royalement des Nouvelles Calédoniennes, LE quotidien local (lorsqu'il arrive jusque là, ce qui n'est pas souvent le cas), et, coco sur le bougna, une station-service fort utile et appréciée. En effet, lorsque la pénurie d'essence guette et que les deux autres stations de Maré, à Tadine et à La Roche,  ont les réservoirs à sec, chez Sophie, il en reste toujours un peu. Comme dit mon pote Pierre-Jean (qui, lorsqu'il ne fait pas le gestionnaire au collège, a beaucoup d'humour), Sophie, elle a les cuves les plus profondes de l'île !

 
Ici, point de transports en commun (hormis le ramassage scolaire), de bureau de poste ou de banque, de snack ou de restau, ni même de Jazz-Rock Café. Mais une école (maternelle ET primaire), une laverie (chez l'habitant), un apiculteur et une cabine publique complètent timidement le tableau des activités économico-tertiaires du coin, sans le dénaturer pour autant. En effet, hormis cette légère et ultime concession à la sauvage mondialisation capitalistique, Nece conserve toujours son caractère fortement authentique, fait de respect des traditions et d'une rusticité de bon aloi.

Et puis, il y a la mer...

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob Tazar - dans Découvrir Maré
commenter cet article

commentaires

Alain MARC 06/11/2008 14:19

Bonjour,

Ce petit mot pour vous féliciter pour votre dynamisme dans la publication de vos articles pour la communauté des Carnets de Voyages d’Over-Blog, qui ne cesse de s’agrandir et d’être vue, et pour votre joli travail, ce qui participe avec d’autant de succès à l’amélioration de vos statistiques en terme de fréquentation et de pages consultées !
Le revers de la médaille est que de nombreux internautes peu scrupuleux ni respectueux de vos droits d’auteurs peuvent copier et utiliser vos documents (surtout images, comme c'est d'ailleurs possible dès qu'on publie quoi que ce soit sur le web) sans votre autorisation (à moins que comme sur certaines plateformes de partage - par exemple Youtube - vous n’ayez explicitement accepté ce partage en y publiant) et sans qu’OB ni personne n’y puisse rien . Quand on me demande l’autorisation avant publication je la donne presque toujours, mais hors ce cas de figure plusieurs d’entre-nous ont déjà été confrontés à ce problème (moi-même il n’y a pas très longtemps et encore Maryse dernièrement) en découvrant par hasard sur un autre site leurs photos ou documents non autorisés : il s’agit généralement de demander simplement au webmaster du site en question de retirer sa publication illicite pour qu’il le fasse et tout rentre alors dans l’ordre .
Mais soyez très vigilants pour dissuader les étourdis, ignorants ou malhonnêtes en mettant un copyright sur vos photos !
En vous souhaitant bonne continuation et plein succès de votre blog
Bien cordialement,

Alain MARC

Bob Tazar 16/11/2008 21:47


Merci pour vos félicitations et vos mises en garde. Je reste vigilant...


Tatie Nicole 06/11/2008 00:01

Maré me semble "kanakement" parlant fort bien organisée...Les photos,les commentaires,me donnent de plus en plus envie de partir vous voir ...a force de chercher j'ai peut-être un plan...je vous en parlerai bientôt.A propos les livres du CDI ont-ils enfin un sens?est-ce le même pour tous?Bisous à Bob et son épouse.Nicole

Bob Tazar 16/11/2008 21:50


Un plan ? Tu veux dire un plan différent de celui qui consiste à acheter un billet et de monter dans un avion ? Dis-moi vite !
Bises.


Jeannie 27/10/2008 23:48

Intéressant tes explications et les photos pour nous donner une idée de votre univers.
Ici c'est les vacances scolaires pas de lecture à l'école pas de cours de monégasque, la semaine sera calme.
Ce lundi une partie de mini golf avec tes parents Fabien et Benjamin.Bises Jeannie

Bob Tazar 30/10/2008 21:55


Les vacances, pour nous, c'est demain...
De votre côté, attention quand même à ne pas faire le parcours dans le mauvais sens !
Bises à tous les 5.